Vitex agnus-castus - arbre au poivre

Histoire

L'arbre au poivre est connu depuis l’Antiquité. Originaire d’Asie Centrale (Pakistan plus précisément), il s’est propagé dans le bassin méditerranéen, en Grèce notamment, où les Athéniens utilisaient ses baies lors de fêtes rituelles pour préserver la chasteté des femmes.

 

Vertus

L’arbre au poivre est un régulateur hormonal, il rétablit les cycles menstruels, atténue les effets indésirables de la ménopause (trouble de l'humeur et bouffées de chaleur). Des essais en laboratoire ont démontré que ses fruits avait un effet sur la mastalgie (douleur aux seins). Aujourd'hui, l' OMS [Organisation Mondiale de la Santé] reconnaît l'usage de cette plante pour lutter contre les irrégularités du cycle prémenstruel.

Utilisation

L'arbre au poivre est donc utilisé en cuisine comme substitut au poivre.
En pharmacologie, il entre dans la composition de médicaments, sous forme de comprimés, gélules ou poudres.
 
Anecdote : Les baies de l'arbre à poivre servaient, comme leur nom l’indique, d’ersatz de poivre, dans la cuisine des monastères et des couvents du Moyen  Âge. 2e bénéfice : ce fruit est dit  « anaphrodisiaque » (qui coupe la libido). De ce fait moines et moniales en consommaient pour respecter leur vœux de chasteté. Aujourd’hui encore, dans certains couvents d’Italie, on jonche le sol de fleurs fraîches d’arbre à poivre, sur le chemin par lequel arrivent les novices...

 

Suivez le parcours botanique dans son intégralité